Lorsque vous achetez une voiture, un ordinateur, une machine de production ou un service, connaissez-vous son prix d’achat ? Êtes-vous également au clair sur les dépenses supplémentaires engendrées tout au long de sa vie ? Ou bien sélectionnez-vous le moins-disant ?

Le Coût Total de Possession (ou plus communément appelé TCO, Total Cost of Ownership) est un outil bien connu des acheteurs mais utile à tout décideur ou chef d’entreprise.

Debbie Brown et moi-même vous proposons un tour d’horizon de cette méthode trop souvent délaissée.

Qu’est-ce que le TCO ?

C’est une analyse du coût global du bien ou du service, depuis son achat et jusqu’à sa revente ou bien son recyclage ou sa destruction. Il est donc nécessaire de prendre en compte tous les coût directs et indirects, tous les coûts visibles et invisibles de la durée de possession.

 

Quels bénéfices apporte le TCO ?

Ce concept purement économique et comptable permet d’aller au-delà du prix mentionné sur l’étiquette ou l’offre reçue. Il vise à rendre visible l’invisible et donc permet de prendre des décisions éclairées, tout en limitant les mauvaises surprises.

Ce concept permet d’aller au-delà du simple prix d’achat et donc de prendre des décisions éclairées.

Si vous devez définir le prix de vente d’un produit fini, utilisez-vous uniquement les prix d’achats des matières premières, équipements et autres éléments entrant dans votre cycle de production ? Ou bien calculez-vous de manière objective vos marges en utilisant le TCO ?

Le TCO peut également être utilisé dans d’autres cadres, par exemple lors d’une démarche d’amélioration continue et de recherche d’opportunités.

 

Que faut-il garder en tête lorsque vous mettez en place une approche TCO ?

Chaque produit ou service est unique, tout comme le calcul du TCO : il n’existe pas de liste exhaustive des coûts à explorer. Cependant quelques bonnes pratiques sont à garder en tête pour vous guider dans cette approche :

  • Quels sont les éléments principaux à prendre en compte ? L’essentiel est de penser aussi large que possible. Par exemple :
    • Le prix d’achat,
    • Les coûts induits tels que les coûts d’emballage, de transport, de formalités douanières…,
    • Les coûts d’acquisition tels que le salaire de l’acheteur, des personnes qui vont mettre en service le produit…,
    • Les coûts de formation pour pouvoir bénéficier du produit ou du service,
    • Les coûts de non-conformité dans le cas où le produit n’est pas conforme ou si les délais ne sont pas respectés,
    • Les coûts d’entretien et de maintenance, pièces détachées…,
    • Les coûts d’utilisation tels que assurances, taxes, consommation électrique…,
    • Les coûts de possession tels que gestion des stocks, dépréciation…,
    • Le prix de revente (le cas échéant),
    • Les coûts de fin de vie tels que recyclage, revalorisation ou destruction,
  • Où trouver de l’information ? Encore ici, l’essentiel est de penser aussi large que possible. Par exemple :
    • L’historique et les expériences passées dans votre expérience ou celle de vos collègues (pensez large et adoptez une approche pluridisciplinaire),
    • La cartographie de vos processus,
    • Les associations de métiers,
    • Les magazines spécialisés.
    • Les experts,
    • Les fournisseurs,
    • Les concurrents,
    • Internet (mais attention à bien vérifier la fiabilité des informations récoltées),
  • Quelles sont les limites du TCO ?
    • Il est chronophage mais vous pouvez diviser pour mieux régner et utiliser l’équipe pluridisciplinaire pour vous aider dans cette approche.
    • Il ne prend pas en compte les coûts de R&D ou de design. Pour cela et si vous en avez besoin, vous pouvez utiliser une approche LCC (Life Cycle Cost) ou Coût du Cycle de Vie.
    • Il ne prend pas en compte les bénéfices non comptables. Pour cela et si vous en avez besoin, vous pouvez utiliser une approche TVO (Total Value Ownership) ou Valeur Totale de Possession. Cette méthode développée par Gartner inclut le TCO et les bénéfices additionnels tels que la mobilité offerte par les ordinateurs portables comparés aux ordinateurs de bureau.

L’exemple le plus connu est celui de l’achat de votre nouvelle voiture. Vous bénéficiez d’un rabais flotte et le prix d’achat vous semble très intéressant. Mais avez-vous assez d’information pour prendre la bonne décision ? Avez-vous étudié les coûts d’assurance, de plaque, d’entretien, des pièces détachées (et leur durée de vie), des pneus, des équipements supplémentaires, d’essence, de garantie… ?

Ou encore lors de l’achat de votre prochaine machine de production, avez-vous listé les coûts de formation, d’installation (y compris les travaux requis avant de pouvoir accueillir votre nouvelle machine), de maintenance (avec le temps moyen entre les pannes et le temps moyen de réparation donc la disponibilité de votre machine), de garantie, de durée de vie, de fin de vie, … afin de comparer de manière équitable les offres reçues et de prendre la bonne décision pour votre entreprise ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce que le TCO pourrait apporter à votre organisation, n’hésitez pas à nous contacter directement.

Katia Gutknecht

Contact >